Un peu d'histoire

 

Remontons 1000 ans avant Jesus-christ. Les Celtes occupent la région. Mais après la conquête totale de la Gaule, ce sont les Romains qui s'y installent jusqu'au 5ème siècle. Puis s'y succèdent Francs, Wisigoths et Sarrasins jusqu'au 11ème siècle, début de l'expansion des grands ordres religieux.

On commencera alors la construction des terrasses appelées bancels ou faďsses et des maisons en pierres du pays : la lauze. La culture maraîchère et la plantation du châtaignier, le fameux "arbre a pain" assureront la vie et quelquefois la survie des paysans cévenols.

Après bien des péripéties politico-religieuses, notamment en 1307 le passage des fiefs entre le Roi de France-Philippe le Bel et l'Evêque du Gévaudan Guillaume Durand, la Peste noire en 1348, la disparition du châtaignier pendant 2 siècles au profit du labour, des céréales et des vignes, nous arrivons au 16ème siècle.

"L'Arbre d'Or" : le mûrier, fait son apparition en liaison avec les débuts de la sériciculture. C'est aussi la période ou le protestantisme s'implante en Cévennes, donnant lieu a une guerre contre les catholiques majoritaires jusqu'alors. Celle-ci s'apaisera en 1598 avec l'Edit de Nantes. Suite a sa révocation en 1685 et aux persécutions des protestants (huguenots), ces derniers prendront les armes et la guerre des camisards dévastera la région entre 1702 (assassinat de l'abbé du Chaila) et 1704. Le conflit ne s'achèvera vraiment qu'en 1787, ŕ la signature de "l'Edit Tolérance".

C'est aussi au cours du 18ème siècle que pour étendre la sériciculture, le pouvoir royal encourage par des primes, la plantation des mûriers.
Le marché des soieries donne un essor aux Cévennes : "L'âge d'or" qui durera jusqu'en 1855, ou la maladie de la pébrine atteint le vers a soie et ruine son industrie.

C'est a cette même époque que se développe l'industrialisation du bassin houiller gardois qui fournit aux jeunes cévenols, avec l'arrivée du chemin de fer, du travail dans les mines de charbon.

C'est le début de l'exode rural dans les Cévennes. Ce phénomène s'accentue avec les pertes en vie humaines subies durant la premiere guerre mondiale. De plus, l'industrie minière a cette époque, connait des difficultés.

Le déclenchement du deuxieme conflit et l'occupation du pays, ravivent de vieux souvenirs en Cévennes et beaucoup de jeunes prendront le maquis. En imitant leurs aînés camisards, ces maquisards défendront une fois encore leur territoire.

C'est quelques temps apres la fin de cette guerre que s'achèvera aussi l'exploitation d'un bon nombre de mines de charbon, et en 1965 on fermera la dernière filature de soie cévenole.

Aujourd'hui et depuis la création du Parc National des Cévennes en 1970, les habitants, qu'ils soient cévenols de naissance ou d'adoption, protègent et redonnent vie a ce fantastique pays. Ils refont les gestes du passé en remontant les murs en pierres sèches, en rénovant les habitations en schiste souvent en ruines, en restaurant les châtaigneraies et en se donnant les moyens d'un tourisme durable. Préserver et transmettre sont les maîtres mots de la pensée cévenole d'aujourd'hui, afin que nos Belles Cévennes donnent un avenir aux générations futures.